SNCASO SO 1221 Djinn

Histoire Si, sur la plupart des hélicoptères, les rotors sont entraînés mécaniquement par le moteur, sur quelques autres, le rotor…

Histoire

Si, sur la plupart des hélicoptères, les rotors sont entraînés mécaniquement par le moteur, sur quelques autres, le rotor est propulsé par des gaz éjectés en bout des pales. Le Djinn utilise cette technique et fut le seul de ce genre a être construit en série.

L’étude du Djinn démarra après la guerre, grâce à l’aide de techniciens allemands et à la mise au point des petites turbines Turbomeca. 2 SO 1220 monoplaces furent construits pour la mise au point du rotor. Le premier vol eut lieu le 2 janvier 1953. Il y eut ensuite 5 prototypes biplaces SO 1221, 22 exemplaires de présérie et 150 de série.

Le rotor tourne par réaction de l’air comprimé éjecté en bout des pales. Cet air étant chauffé à 180 degrés par la compression, il n’est pas nécessaire de dégivrer les pales. Par contre, le rendement du compresseur chute rapidement avec la température.

Ainsi en Algérie deux personnes et le plein partiel étaient le maximum, alors qu’en Terre Adélie il y avait de la puissance revendre. Le Djinn n’a pas de rotor anticouple, celui-ci est remplacé par une dérive mobile, soufflée par les gaz d’échappement du moteur.

Le Djinn était destiné à l’observation pour le compte de l’ALAT. Il se trouva très vite en concurrence avec l’Alouette II, plus grande, plus performante et plus chère. L’ALAT utilisa néanmoins environ 120 machines, principalement dans des missions d’écolage, de liaison et d’évacuation sanitaire (avec 2 paniers latéraux porte-civières). Elles servirent de 1956 à 1969 et furent remplacées par des Alouette II.

Quelques machines furent achetées par divers pays pour étudier le concept et ses applications: Suisse, Allemagne, US Army…

Le Djinn servit aussi dans le civil (épandage agricole notamment), les machines de l’ALAT prenant ce chemin lors de leur retrait du service. Ces activités cessèrent vers 1978. Depuis, seules quelques machines volent encore au mains de collectionneurs.

Le Djinn était réputé manœuvrant, se pilotant en finesse, mais avait une faible autonomie et était sous-motorisée.

Caractéristiques

Diamètre  10 m
Longueur  5,3 m
Hauteur  2,62 m
Masse a vide  380 kg
Masse maxi  800 kg
Vitesse  125 km/h
Autonomie  150 km
Équipage 2
Motorisation  1 Turbomeca Palouste de 250 ch

 

Notre appareil

Notre premier Djinn est arrivé en 1993 de Montauban.

Notre second Djinn a été acheté en novembre 2010 en compagnie d’une seconde épave pour pièces.

Les Restaurations

Lorsque nous récupérons le Djinn en 1993, nous savons que le travail sera difficile et long pour le restaurer. A cette époque, notre équipe hélico se démène sur le H-21 « Banane » et envisage la restauration de la Gazelle prototype. Se sera après la fin de ces deux chantiers que le Djinn entreprendra le sien.

L’hélico est entièrement démonté, la cellule est sablée puis repeinte. Chaque pièce est nettoyée, repeinte et remontée avec soin. Des patins sont refaits, la turbine est restaurée ainsi que la tête de rotor. Grace au concours de nos amis du CELAG a Grenoble, qui nous cèdent deux plans horizontaux et grâce au travail d’un de nos membres qui refait une dérive verticale, la partie arrière retrouve son aspect originel.

La cabine et ses plexis suivent, mais par manque de pièces, la machine est mise en attente pour laisser la place à l’Alouette II Marine.

En mai 2010, alors que la restauration a bien progressé, le propriétaire de la machine (Musée de l’Air et de l’Espace) demande à récupérer la machine… C’est chose faite en quelques semaines, le temps de démonter les pièces nous appartenant. Elle est depuis stockée dans des réserves, non accessible au public et sans équipe pour l’achever.

Quelques mois plus tard, l’équipe hélicos découvre deux épaves de Djinn que l’association achète en novembre 2010. La restauration est lancée dans la foulée. Après quelques années de restauration, le Djinn est maintenant exposé à Aeroscopia.

AILES ANCIENNES TOULOUSE

Notre objectif est la préservation du patrimoine aéronautique. Tout ce travail a pour but de placer la collection à l’abri dans un local adapté et visitable : un Musée Aéronautique à Toulouse (maintenant baptisé Aeroscopia)

AÉROSCOPIA

LES 40 ANS DE L’ASSOCIATION

NOS PARTENAIRES

ILS PARLENT DE NOUS

VENEZ DÉCOUVRIR NOS TRAVAUX DE RESTAURATION ET NOTRE COLLECTION

DU MARDI AU VENDREDI
de 14h à 17h30
LES SAMEDIS
de 10h à 17h30

VISITE LIBRE

VISITE DE GROUPE

VENIR AUX AILES ANCIENNES

NOTRE COLLECTION

Rassemblée depuis des années par notre association, la collection compte de nombreux appareils (avions, hélicoptères, planeurs) mais aussi une grande quantité de matériels aéronautiques divers (moteurs, planches de bord, sièges éjectables, missiles, …). Voici un petit aperçu de la collection, qui vous livrera ses secrets lors de votre visite.

AVIONS

PLANEURS

HÉLICOPTÈRES

ULM

FAIRE VIVRE L’ASSOCIATION

L’essentiel des ressources de l’association provient des visites de collection mais ce n’est hélas pas toujours suffisant pour mener nos projets à bien.

Si vous souhaitez nous aider, vous pouvez :
– Faire un don défiscalisé à notre association via notre fonds de dotation
– Devenir bénévole et participer aux activités de l’association

DEVENIR BÉNÉVOLE

FAIRE UN DON