SNCAN CT.20

Histoire Cet engin a été construit en série a partir de 1958 afin d’offrir une cible réaliste aux artilleurs de…

Histoire

Cet engin a été construit en série a partir de 1958 afin d’offrir une cible réaliste aux artilleurs de défense aérienne ainsi qu’aux avions de chasse. Pour l’entraînement des artilleurs, le CT.20 remorque une cible a l’extrémité d’un câble de 1200 mètres. Pour l’entraînement des avions de chasse au lancement de missiles, il traîne alors le système EMIR, simulant la signature électromagnétique et infrarouge d’un avion de chasse. Il peut voler entre 30 mètres pour simuler un missile anti-navires et 15 000 mètres pour représenter un bombardier.

Le CT.20 est lance depuis un rail grâce a deux accélérateurs a poudre. Il est ensuite radioguidé depuis le sol et se pose grâce a un parachute qui se déplie après l’arrêt du réacteur. Après récupération, il est facilement remis en état. Environ 1500 engins ont été construits en deux versions qui se différencient par leur longueur et leur autonomie. Les CT.20 français ont été lancés depuis le centre d’essais des Landes à Biscarosse et depuis l’Île du Levant en Méditerranée. Afin de maintenir le missile à flot en cas d’amerrissage, le fuselage est entièrement étanche et les ailes sont remplies de mousse. Le CT.20 a été progressivement remplacé par le C.22, développé lui aussi par Aérospatiale, et possédant des caractéristiques voisines.

Une version de reconnaissance R.20 a été développée en 1963 pour l’armée de terre française afin d’équiper les régiments de reconnaissance de corps d’armée. Transportant trois cameras, elle décolle depuis un camion afin de parcourir 160 km a basse altitude, guidée par un calculateur de navigation. La récupération se fait la aussi par parachute. Environ 70 machines ont été construites dans cette version. Elles ont été remplacées par une machine Franco-canadienne dans les années 80.

Le CT.20 a été exporté dans plusieurs pays dont l’Italie et la Suède. En 1967 ce pays a développé une version d’attaque anti-navire pouvant être lancée depuis la cote ou depuis un navire. Le système de décollage est conservé, mais le missile a reçu un système d’autoguidage et une charge militaire spécifique à sa nouvelle mission. Le système de récupération du missile n’est plus nécessaire ici.

Caractéristiques

Envergure  3,16 m
Longueur  5,45 m
Hauteur  1,38 m
Masse a vide  490 kg
Masse maxi  800 kg
Charge  120 kg
Vitesse  900 km/h
Autonomie  500 km
Motorisation  1 Turbomeca Marboré II de 400 kg

 

Quelques photos

AILES ANCIENNES TOULOUSE

Notre objectif est la préservation du patrimoine aéronautique. Tout ce travail a pour but de placer la collection à l’abri dans un local adapté et visitable : un Musée Aéronautique à Toulouse (maintenant baptisé Aeroscopia)

AÉROSCOPIA

LES 40 ANS DE L’ASSOCIATION

NOS PARTENAIRES

ILS PARLENT DE NOUS

VENEZ DÉCOUVRIR NOS TRAVAUX DE RESTAURATION ET NOTRE COLLECTION

 

 

MERCREDI ET JEUDI

de 14h à 17h30

LES SAMEDIS

de 10h à 17h30

VISITE LIBRE

VISITE DE GROUPE

VENIR AUX
AILES ANCIENNES

NOTRE COLLECTION

Rassemblée depuis des années par notre association, la collection compte de nombreux appareils (avions, hélicoptères, planeurs) mais aussi une grande quantité de matériels aéronautiques divers (moteurs, planches de bord, sièges éjectables, missiles, …). Voici un petit aperçu de la collection, qui vous livrera ses secrets lors de votre visite.

AVIONS

PLANEURS

HÉLICOPTÈRES

ULM

FAIRE VIVRE L’ASSOCIATION

L’essentiel des ressources de l’association provient des visites de collection mais ce n’est hélas pas toujours suffisant pour mener nos projets à bien.

Si vous souhaitez nous aider, vous pouvez :
– Faire un don défiscalisé à notre association via notre fonds de dotation
– Devenir bénévole et participer aux activités de l’association

DEVENIR BÉNÉVOLE

FAIRE UN DON